Accéder au contenu principal

CACHACA

LA CACHACA

La cachaça est une eau-de-vie brésilienne obtenue par fermentation du vesou, le jus de canne à sucre.

Présentation
Alcool blanc paysan par excellence, il en existerait plus de 4000 sortes, fabriquées par quelques grandes entreprises qui distribuent leur produit à l'étranger mais surtout par de très nombreuses « maisons » locales, écoulant leur stock au marché, parfois très local. Désignée aussi sous les noms d'aguardente (eau-de-vie) ou pinga (gnôle), elle peut s'appeler suivant les régions branquinha, birita, caninha, gas, óleo...
La cachaça est distillée à 40°, et immédiatement embouteillée, contrairement au rhum agricole, qui lui est distillé à 65-75° et veilli en foudres de chêne puis ramené aux degrés souhaités par adjonction d'eau de source [1].
Histoire
L'origine de la cachaça remonte aux années 1800. Au Brésil, les esclaves aimaient boire du « garapa », qui était du jus de canne à sucre qu'ils faisaient simplement bouillir, sans le fermenter. Ils l'obtenaient après avoir pressé la canne à sucre au moyen des presses rotatives.
L'ébullition permettait la stérilisation évitant ainsi le développement des bactéries qui se trouvent normalement dans le jus de canne.
Dans les années 1910, le Brésil est un pays pauvre et cherche un avenir propre pour se démarquer et se débarrasser des liens avec l'Europe. Pour ce faire, le modernisme brésilien se développa grâce à la littérature, l'art et le commerce : la cachaça a participé à ce développement comme étant un produit culturel, de fabrication locale pouvant être exporté.
Alcool brésilien par excellence, la cachaça est produite par fermentation du jus de canne à sucre. Cette eau de vie à 40° est aussi appelée pinga, birita, gas ou encore brinquinha.
Cet alcool blanc est connu depuis le tout début du 19e siècle. Les esclaves à cette époque buvaient du garapa : jus de canne à sucre (vesou) bouilli pour le stériliser mais pas fermenté. Un jour quelqu'un tenta de faire fermenter la boisson. Ce nouvel alcool s'appelait cagaça. C'est après que la distillation de ce cagaça que celui-ci devint alors cachaça, le vin de canne à sucre.
Contrairement au rhum, la cachaça se met en bouteille directement, pas besoin de vieillir l'alcool obtenu par distillation. Mais il existe cependant des golds c'est-à-dire vieillies dont l'arôme est plus prononcé.
De nos jours la boisson s'exporte grâce aux industries de cachaça, mais la majorité de la production pour le Brésil est faite principalement par des distilleries locales.
Au fil de années, la cachaça pris une part importante dans l'économie grâce à l'exportation vers l'Europe.
Le cocktail préparé avec de la cachaça le plus connu est sans aucun doute la caïpirinha. Simple à réaliser, ce cocktail tendance est très frais : 5 cl de cachaça, 1 citron vert, 2 cuillères de cassonade, et de glaçons pilés. Attention la caïpirinha fait vite tourner la tête. Un dicton au Brésil dit que « la caïpirinha est comme les seins : une c'est pas assez, mais trois c'est trop. » A méditer !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Apéritif - Les Bitters ou Amers (A.B.A.)

LES APERITIFS BITTERS ou AMERS Ce sont des Apéritifs à base d'alcool (A.B.A.).
Ce sont des spiritueux élaborés à base d'alcool pur et neutre, aromatisés avec des subtances végétales. Ils font partie de la même famille que les "Anisés" et les "Gentianes". Ils titrent en général de 18° à 45° d'alcool.
Le mot " bitter" signifie" amer" en allemand et en anglais. Les bitters sont des spiritueux aromatisés avec des substances végétales amères, des écorces et des plantes. D'origine médicinale, les bitters sont les héritiers directs des préparations d'apothicaires, élixirs et baumes des temps jadis. Les principaux pays producteurs : la France avec la Corse, L'Italie avec la Sardaigne et la Sicile, l'Espagne.
Les Amers se dégustent: - En apéritif : nature ou allongé d'un soda (Perrier, Schweppes Tonic etc...). - En digestif : nature à la température de la pièce (at room temperature). - En cocktail : Sous différentes formes de méla…

LE RHUM

LE RHUM


Histoire - Fabrication -Types de rhum - Type selon provenance


Le rhum est une eau-de-vie produite à partir de la canne à sucre.
Le rhum est issu soit du jus de canne à sucre, ou vesou (et donne un rhum agricole), soit à base de mélasse — concentré arômatique dit "miel de canne à sucre" (et donne le rhum traditionnel). Cet alcool est produit par la fermentation puis la distillation.
Rhum agricole et rhum industriel sont deux eaux-de-vie très différentes : 
le rhum agricole (ou rhum habitant) est une eau-de-vie obtenue par distillation du pur jus de canne fermenté alors que le rhum industriel (appelé aussi rhum de sucrerie) désigne l'eau-de-vie tirée de la distillation de la mélasse (la mélasse est un résidu de fabrication du sucre). Si le rhum industriel est apparu dès le XVIIème siècle dans la région Caraïbe, ce n'est qu'à la fin du XIXème que les premiers rhums agricoles ont été produits aux Antilles françaises.
L'HISTOIRE DU RHUM :
Avec l'arrivée des pr…

Apéritifs - Les Anisés (A.B.A.)

LES APÉRITIFS ANISES
Si aujourd'hui le mot  "apéritif" évoque le plaisir et la convivialité, il a pendant des siècles désigné un produit uniquement médicinal - au même titre que tisane ou potion - destiné à ouvrir l'appétit, à soigner les troubles de l'estomac et à favoriser la digestion. Vin, alcool, macération, distillation n'étant que des moyens pour arracher aux plantes leurs vertus et les conserver. Consommé à jeun et avant le repas, et de façon parcimonieuse, il donnait déjà du plaisir, celui de se sentir bien, d'avoir bon appétit et d'assimiler sans douleur les aliments.
Parmi les plantes médicinales, l'anis vert, la badiane et le fenouil étaient prescrits pour leurs vertus stimulantes et stomachiques. Bien avant la célèbre absinthe (utilisée depuis l'antiquité pour soigner les maladies de l'estomac et du foie), le vinum silatum, liqueur au fenouil et à l'absinthe était consommée en apéritif, tout autour de la Méditerranée, il y a…