Accéder au contenu principal

PORTO

LE PORTO

Le porto est un vin muté portugais, produit uniquement dans la région du Haut Douro, à 100 km en amont de la ville éponyme à l'est, de Régua à la frontière espagnole. La vigne est essentiellement exploitée par de petits producteurs, possédant chacun une petite parcelle, appelée quinta.




SON HISTOIRE

Au 18è siècle, un marchand anglais se rend compte que le vin Portugais qu'il expédie en Angleterre, digère mal son voyage en mer et arrive au pays transformé en piquette. Pour y remédier, il ajoute un coup de gnole dans la barrique et ça marche ; le Porto vient de naître.
En fait, ce vin sec et corsé, pourtant déjà fort en alcool subit, par nécessité, une véritable mutation, car l'adjonction d'eau de vie de vin stoppa sa fermentation naturelle mais fit aussi perdre au vin son acidité tout en lui conservant ses sucres.
Dès le 18è siècle, le Porto devient donc célèbre grâce à notre astucieux anglais mais aussi grâce à Colbert qui avait tellement taxé les vins français qu'il favorisa l'essor des vins Européens, en particulier, les Portos, nés au hasard d'une solution astucieuse.
Le succès du Porto monta sans doute très vite à la tête des Portugais qui augmentèrent la production au détriment de la qualité. Le gouvernement réagit donc pour assurer la qualité du vin, d'abord en délimitant une zone de production (c'est la 1ère AOC au monde, en 1756) ensuite en adoptant des mesures draconiennes. Le Porto gagna donc en qualité, en arômes et en délicatesse à la satisfaction de tous.
La région de production est celle du « Douro », avec 40.000 hectares divisés en 3 parties pour délimiter les 3 crus : « Baixa Corgo », « Douro Supérior », et « Cima Corgo ». Ici, le climat est rude et hostile à la vigne et pourtant on y élabore le fameux Porto. Sachons qu'un cep de vigne ne produit pas plus d'une bouteille. La qualité est à ce prix....

Le vin de Porto est issu d'une grande variété de cépages autochtones tel que : « Touriga National »,  « Tinta Roriz », « Tinta Barroca », « Malvasia Fina », « Viosinho », « Sousão », « Gouveio ».

Quelques dates importantes pour bien comprendre l’histoire du vin au Portugal

bateau vin portugaisL’histoire du vin au Portugal  débute 2000 ans avant J.-C. Ce sont les Tartares qui plantent les premières vignes dans les vallées du Taje et du Sado.
  • Au  10e siècle avant J.-C., les Phéniciens introduisent de nouvelles variétés de raisins et prennent le contrôle du commerce du vin.
  • Vers le  7e siècle avant J.-C, les Grecs s’installent dans la Péninsule Ibérique et modernisent la culture de la vigne.
  • Entre le 6e et le 2e siècle  avant J.-C, les Celtes puis ensuite les Romains contribuent également à la modernisation de la culture de la vigne au Portugal. Après la chute de l’Empire Romain, les civilisations qui se succèdent continuent la production du vin.
  • Vers 1450, le vin est devenu le produit le plus exporté. Les caravelles des grands explorateurs du 15e et du 16e siècle emportent toujours du vin dans leurs cargaisons.
  • Au 17e siècle des négociants Anglais découvre un vin qui a la particularité d’être additionné d’eau de vie. Le goût particulier de ce vin rencontra un succès en Angleterre. Le Porto venait de naître.
  • En 1756 le vin de Porto est déjà très renommé mondialement et on nomme la première région viticole du monde à avoir été délimitée : la région du vin de Porto, le Haut-Douro.
  • En 1763, le traité de Methwen, ouvre le commerce entre le Portugal et l’Angleterre, créant des conditions exceptionnelles pour l’exportation du vin portugais en Angleterre. Ce traité est naît lors du conflit anglo-français. Il était plus patriotique pour les Anglais d’afficher une bouteille Portugaise à table qu’une bouteille Française.
  • Au 19e siècle, le Phylloxera détruit une grande quantité de vignes. À la fin de ce siècle s’ensuit un lent redémarrage de la production viticole.
  • Au 20e siècle, plusieurs nouvelles régions viticoles apparaissent et plusieurs sont délimitées en 1986 suite à l’adhésion du Portugal à l’Union Européenne.
Le Portugal est principalement réputé pour ses Portos. Or, depuis quelques années, plusieurs producteurs ont modernisé leurs méthodes de vinification et produisent des vins dont la qualité ne cesse de s’améliorer. Auparavant un peu lourdauds, les vins rouges du Portugal offrent de plus en plus de fraîcheur et de souplesse. Malgré la popularité des cépages internationaux tels le Cabernet Sauvignon et le Merlot, les producteurs portugais ont préservé l’authenticité de leurs vins et utilisent principalement des cépages autochtones tels Tinta Roriz, Touriga Franca et Touriga Nacional.
Le vignoble portugais s'étend sur plus de 200 000 hectares répartis dans plus de 300000 exploitations viticoles. La superficie totale des vignobles du Portugal représente près de 3% du vignoble mondial, soit le 8e rang des pays producteurs.
Les principales régions viticoles se situent dans le Nord et le Centre du pays : Estremadura, Douro, Minho, Alentejo, Terras do Sado, Beiras, Bairrada et la région de Dao.


Les différents types de vin de Porto :

→ Les Blancs

Ces Portos ne font pas partie des vins nobles, même s’ils sont parfois délicieux. Ils sont le résultat d'une invention du début du vingtième siècle alors que les vins rouges sont une découverte du dix huitième siècle. Ils ont été "inventés" pour concurrencer les "XERES" et c'est la raison pour laquelle, à l'encontre des "Porto" rouges toujours doux, il existe des blancs doux mais aussi des secs voire très secs.

→ Les Rouges

Les « Vintage » :
Ce sont les plus nobles, les seigneurs des " Porto". Issus d'une seule cueillette exceptionnelle et de raisins classés dans la plus haute catégorie, (il y en a 6), ils font l'objet d'une approbation par l'institut du Vin de Porto. Mis en bouteille après deux ans, ils poursuivent leur vieillissement deux ans en bouteille. Ils peuvent se boire jeunes... mais il est préférable d'attendre au moins  10 ans avant de les déguster sachant que l'on rencontre des Vintages tout à fait exceptionnels après plus d'un siècle. Ils ne représentent que 3% de la production.

● Les « Late Bottled Vintage » :
Appelés aussi « L.B.V », ils sont également  issus d'une seule récolte, ils sont produits avec les mêmes raisins que les "Vintages" et les mêmes années que les "Vintages". Mais l'assemblage de cépages est différent de celui du "Vintage" et le vieillissement en foudre dure plus longtemps, de 4 à 6 ans. De ce fait le vin est moins puissant qu'un « Vintage »et ses capacités au vieillissement en bouteille n’atteignent pas celle d’un « Vintage ». Il est aussi très agréable de déguster un L.B.V. dès sa mise en bouteille.

● Les « Ruby » :
Il s'agit d'assemblage de vins de différentes années avec une moyenne de 3 à 5 ans de vieillissement  en foudre. L'appellation "Ruby" désigne des vins courants. C'est en effet pour certaines "maisons" l'assemblage de ce qu'il reste lorsqu'il a fait le meilleur. Arrêtez-vous plutôt sur les « Vintage Character », « Ruby Reserve »  ou  « Finest reserve » qui désignent des assemblages sélectionnés. Ceux là présentent un intérêt et la garantie de Qualité.


● Les « Tawny » :
Ce sont des vins qui ont vieilli au minimum 5 ans dans des barriques de chêne de 500 litres. Ainsi, si longtemps au contact de l’air et du bois, ces vins se sont oxydés. Ils sont classés en fonction de leur âge. Il y a :

-    les « Tawny » (basique) qui désignent des « Porto » qui ont vieillis 5 à 6 ans
-    Les « Tawny Reserve » pour les « Porto » qui ont vieillis 7 à 8 ans
-    Les « Tawny 10, 20, 30, et plus de 40 ans », tous ces vins sont le résultat d’un assemblage d’années. L’objectif de l’œnologue qui prépare un nouveau lot de « Tawny » consiste à reconstituer les saveurs de celui qui est épuisé. Mais l’âge du vin est en fait l’âge moyen des vins qui le composent. Ainsi, une moitié de 8 ans et une moitié de 12 ans donnerait un dix ans d’âge. Mais il faut savoir que la valeur de cette moyenne est de 10 à 19 ans pour un "Tawny 10 ans", de 20 à 29 ans pour un "Tawny 20 ans" etc....

-    Les « Tawny Colheita » qui désignent des « Porto » millésimés (exemple : Colheita 1972). Il s’agit là de « Tawny » véritables, ceux là même qui servent à l’assemblage des Tawnies âgés. 





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Apéritif - Les Bitters ou Amers (A.B.A.)

LES APERITIFS BITTERS ou AMERS Ce sont des Apéritifs à base d'alcool (A.B.A.).
Ce sont des spiritueux élaborés à base d'alcool pur et neutre, aromatisés avec des subtances végétales. Ils font partie de la même famille que les "Anisés" et les "Gentianes". Ils titrent en général de 18° à 45° d'alcool.
Le mot " bitter" signifie" amer" en allemand et en anglais. Les bitters sont des spiritueux aromatisés avec des substances végétales amères, des écorces et des plantes. D'origine médicinale, les bitters sont les héritiers directs des préparations d'apothicaires, élixirs et baumes des temps jadis. Les principaux pays producteurs : la France avec la Corse, L'Italie avec la Sardaigne et la Sicile, l'Espagne.
Les Amers se dégustent: - En apéritif : nature ou allongé d'un soda (Perrier, Schweppes Tonic etc...). - En digestif : nature à la température de la pièce (at room temperature). - En cocktail : Sous différentes formes de méla…

LE RHUM

LE RHUM


Histoire - Fabrication -Types de rhum - Type selon provenance


Le rhum est une eau-de-vie produite à partir de la canne à sucre.
Le rhum est issu soit du jus de canne à sucre, ou vesou (et donne un rhum agricole), soit à base de mélasse — concentré arômatique dit "miel de canne à sucre" (et donne le rhum traditionnel). Cet alcool est produit par la fermentation puis la distillation.
Rhum agricole et rhum industriel sont deux eaux-de-vie très différentes : 
le rhum agricole (ou rhum habitant) est une eau-de-vie obtenue par distillation du pur jus de canne fermenté alors que le rhum industriel (appelé aussi rhum de sucrerie) désigne l'eau-de-vie tirée de la distillation de la mélasse (la mélasse est un résidu de fabrication du sucre). Si le rhum industriel est apparu dès le XVIIème siècle dans la région Caraïbe, ce n'est qu'à la fin du XIXème que les premiers rhums agricoles ont été produits aux Antilles françaises.
L'HISTOIRE DU RHUM :
Avec l'arrivée des pr…

San Bitter

SAN BITTER Producteur: San pellegrino
Origine: Lombardie (Bergame)
Description: Boisson apéritive amère, typiquement italienne
Prix au litre: 12.5€
Composition : Eau, sucre, sirop de glucose, fructose, anhydride carbonique, arômes, acidifiant: acide citrique, colorants: E122, E110.
Notre conseil d'Utilisation: Délicieux apéritif sans alcool, à déguster sans modération avec vos antipasti à l'Italienne.
Inventez vos propres cocktails sans alcool à base de San bitter, en y ajoutant du jus de fruit, du sirop...
A propos du San bitter: Le San Bitter est né en 1961. Il est le premier apéritif sans alcool Italien. Il est resté depuis à la tête des ventes de sa catégorie. Reconnaissable par sa robe rouge particulière et son goût doux-amer caractéristique, il est habillé depuis 2001 dans une bouteille au design essentialiste et raffiné, signé par Giugaro Design.